Débat – Commission spéciale sur le terrorisme

Partager

11 décembre 2018

Débats – Mardi 11 décembre 2018

Session plenière Parlement européen

Arnaud Danjean, au nom du groupe PPE . – Monsieur le Président, avec cette commission spéciale, nous avons pu mesurer combien le terrorisme djihadiste, mais aussi la montée d’autres formes d’extrémisme violent, constituent une menace durable et complexe pour notre continent.

Cette menace s’ancre aujourd’hui, malheureusement, autant dans l’activisme de groupes radicaux hors de nos frontières que dans la réalité de nos sociétés européennes. Ce Parlement devait donc montrer sa crédibilité à traiter de ces sujets sensibles et ce texte constitue une excellente base. Il répond aux préoccupations des citoyens, il propose des mesures concrètes pour appuyer les professionnels engagés dans le contre-terrorisme et il prend en considération les besoins des victimes.

Il faut reconnaître que beaucoup d’initiatives – vous l’avez rappelé, Monsieur le Commissaire – sont déjà en cours de la part de la Commission et de la part des États membres. C’est particulièrement vrai pour la plus importante de ces initiatives, qui n’est pas forcément la plus spectaculaire pour le grand public: l’interopérabilité, qui est quelque chose d’absolument crucial.

Il n’existe pas, contrairement aux illusions de certains, de baguette magique en contre-terrorisme, et la clé n’est certainement pas d’empiler des structures au niveau européen, mais il est impératif de fluidifier les échanges, d’utiliser plus systématiquement les plateformes européennes et d’harmoniser par le haut les méthodes et les législations antiterroristes.

La tentation existe aujourd’hui de relativiser la menace, parce qu’elle est plus diffuse et parce que certaines organisations terroristes ont subi des revers militaires, mais ce serait une grave erreur, car les trois dernières décennies nous ont appris que le terrorisme djihadiste procède d’une véritable idéologie de groupes déterminés, organisés, qui savent s’adapter. Il faut donc rester extrêmement vigilants et les préconisations de ce rapport doivent rapidement se concrétiser, tant au niveau des instances européennes que des États membres.