Débat sur le PNR – Passenger Name Record

Partager

25 avril 2016

Intervention plenière, Strasbourg, avril 2016

« Monsieur le Commissaire, Madame la Ministre, vous l’avez rappelé, il n’y a pas de dispositif infaillible en matière d’antiterrorisme, malheureusement. Et le PNR, pas plus que tous les autres dispositifs que nous pouvons mettre en œuvre, ne sera infaillible. Mais c’est précisément parce que je suis convaincu de cela que je suis également convaincu que nous devons nous doter de ce PNR.

Le PNR n’est pas un instrument de surveillance de masse indiscriminé. Le PNR est un instrument sélectif, proportionné et encadré par des procédures extrêmement vigilantes. Il était tout à fait légitime que certains d’entre nous expriment des préoccupations sur ces nécessaires vigilances que nous devons avoir. Ces préoccupations ont été prises en considération dans le compromis que nous avons aujourd’hui à approuver. Nous ne devons donc plus hésiter.

Beaucoup d’entre vous nous disent que le PNR n’aurait pas empêché les attentats de Bruxelles et Paris, or je trouve cet argument contestable et presque indécent parce que personne n’est en mesure de dire exactement ce qui aurait pu prévenir ou pas les attentats de Paris et de Bruxelles dont les réseaux ne sont pas encore entièrement démantelés. Et si nous trouvons à l’avenir le moindre élément qui permettra de dire que sur la traçabilité de tel ou tel suspect, nous aurions pu intervenir grâce au PNR, beaucoup d’entre nous regretterons d’avoir tant tergiversé. Il est donc temps de passer à l’action et je pense que nous avons un texte suffisamment équilibré pour faire preuve de lucidité, de pragmatisme et d’efficacité. »